• agigest

La sécurité au sein d'une copropriété, comment l'améliorer ?


Camera de surveillance

La problématique concernant la sécurité dans les copropriétés est souvent au cœur des débats entre copropriétaires confrontés à des dégradations ou des vols commis dans leur résidence. Que l’immeuble soit situé en plein centre-ville ou dans de petits villages, les soucis sont récurrents. La sécurité touche aussi bien le problème de l’accès à l’immeuble, que celui de la sécurisation des parties communes et privatives. Outre des gestes de précaution à mettre en place par les occupants, des moyens existent pour sécuriser la résidence et éviter des intrusions abusives. Quelles sont ces solutions ? Comment les mettre en place ?



Des gestes simples à adopter au quotidien


Afin d’empêcher toute entrée de personnes non-autorisées et de se prémunir des cambrioleurs, les résidents doivent impérativement prendre l’habitude d’adopter des mesures de sécurité au quotidien. Des gestes simples qui doivent devenir des réflexes. En voici quelques-uns :

  • Verrouillez toujours l’accès aux caves et garages privés.

  • N’entreposez aucun objet de valeur dans les garages et caves.

  • Sécurisez les vélos séparément.

  • Ne laissez pas votre porte du garage ouverte plus longtemps que nécessaire et lorsque vous fermez la porte du garage, assurez-vous qu’elle soit complètement fermée avant de partir.

  • Soyez attentif avant d’ouvrir la porte d’entrée principale de la résidence

  • Si vous rencontrez des personnes inconnues et qui vous paraissent suspectes dans les alentours de votre résidence, n’hésitez pas à les interpeller en questionnant leurs intentions.

  • Alertez immédiatement la police (appel d’urgence 113) en cas d’observations suspectes.


Le choix de la porte d’entrée : crucial !


Saviez-vous que 80% des cambrioleurs choisissent de passer par la porte d’entrée ? Ce qui peut expliquer l’intérêt d’installer un porte d’entrée de qualité.


Beaucoup de technologies existent et permettent aux portes d’être de plus en plus sécurisées. Choisissez une porte lourde qui se referme toute seule (les ventouses supportant un minimum de 300 kg à l’arrachement sont préférables), optez pour des châssis équipés de technologies anti-intrusion, et en cas de porte vitrée, privilégiez un vitrage sécuritaire anti-effraction. Ce vitrage blindé (dit feuilleté) rendra sa casse plus difficile. Aussi, évitez les vis apparentes pour renforcer la sécurité. Ainsi, il est plus difficile de la forcer et de la vandaliser.


Le gage de sûreté, c’est la porte blindée. Le choix d’une porte blindée de haute résistance est la meilleure des solutions pour dissuader les cambrioleurs.


Étant donné que la porte d’entrée d’une habitation fait partie des parties communes, il faudra en informer les copropriétaires et obtenir leur accord via une Assemblée Générale. Il faut être attentif aussi à ce que le modèle prévu respecte les exigences de la copropriété au niveau de son aspect extérieur.

Un système d’éclairage adapté


Pour dissuader les cambrioleurs, une copropriété doit être éclairée ! En effet, pour être le plus discret possible, les malfaiteurs agissent souvent la nuit. Un système d’éclairage installé sur les chemins d’accès, dans les garages, au portillon et qui se déclenche au moindre mouvement peut suffire à en décourager plus d’un ! Se retrouver en pleine lumière exposé au regard des passants et des voisins pendant qu’on tente de forcer une porte … cela peut être assez dissuasif ! De plus, l’éclairage à détecteur de présence permet de réduire la consommation électrique en comparaison avec un éclairage qui fonctionne toute la nuit.

Interphone & vidéophone

Voilà quelques années, on parlait d’interphone, il s’est maintenant transformé en visiophone ou vidéophone. Il garantit la sécurité, en donnant accès à la résidence seulement aux personnes connues. Cela permet une bonne communication entre une personne souhaitant entrer et un occupant de la copropriété. La fonction vidéo permet d’identifier clairement la personne souhaitant accéder au bâtiment, ainsi pas de doute possible. Ce système est particulièrement dissuasif pour les personnes mal intentionnées, car impossible de s’introduire à l’intérieur de la copropriété sans avoir dévoilé leur identité. La sécurité est aussi renforcée car aucun code n’est divulgué !



La sécurité dans les parties communes


Nous parlons de l’accès sécurisé à une copropriété, mais n’oublions pas que la sécurisation des parties communes a aussi son rôle à jouer ! Il arrive que l’une de ces parties (hall d’entrée, local à vélos ou poussettes, jardin, parkings) soit l’un des points faibles de l’accès sécurisé à une résidence et qu’il faille ainsi trouver un moyen de le rendre plus sûr !



Vidéosurveillance


Certaines copropriétés décident de sécuriser les parties communes par l’installation de caméras visibles, qui permettent à la fois de dissuader mais aussi d’identifier des personnes mal intentionnées. Le plus est de pouvoir installer les caméras à différents points stratégiques des parties communes, comme les parkings, le hall d’entrée, les portes d’ascenseur, ou encore le local à vélos.


Les frais d’installation d’un tel système sont abordables, par contre, la vidéosurveillance comporte plusieurs contraintes. Au niveau de l’emplacement, les caméras ne peuvent pas filmer les portes des appartements ni les balcons, terrasses ou fenêtres des appartements ou tout autre partie privative. Le principe est que les caméras doivent servir à filmer les espaces communs, à des fins de sécurité des biens et des personnes. Aussi, l’accès aux images doit être accordé à seulement quelques occupants.



Fini les autorisations auprès de la CNPD !

Désormais, les responsables de traitement ne sont plus tenus de demander l’autorisation préalable de la CNPD pour installer un système de vidéosurveillance. Cependant, ils sont tenus de prouver leur conformité avec le RGPD (obligation de tenir un registre des traitements de données à caractère personnel effectué sous leur responsabilité et ce, conformément à l’article 30 du RGPD).


De plus, tout responsable du traitement est obligé d’informer les personnes concernées du traitement de données à caractère personnel qu’il met en œuvre. Cette information doit répondre aux exigences des articles 12 et 13 du RGPD. Elle peut notamment être communiquée par l’apposition de panneaux d’affichages et de pictogrammes aux endroits soumis à la vidéosurveillance, en plus d’une notice d’information plus détaillée publiée, par exemple, sur le site internet du responsable du traitement.

Source : https://cnpd.public.lu



Sécurité et vote en AG


En copropriété, le choix du système de sécurisation de l’accès devra se faire par l’ajout d’un point à l’ordre du jour de l’assemblée générale des copropriétaires, suivi d’un vote. Plusieurs devis devront préalablement avoir été obtenus sur le système choisi. En plus du degré de sécurité offert par les divers dispositifs, le prix aura un impact important pour le choix des copropriétaires, avec des sommes parfois importantes, entre l’installation de vidéophone et celle de lampes avec détecteurs.