• agigest

Vivre en harmonie avec ses voisins


Voisins au balcon

Bien que le premier confinement ait permis de réduire l’intensité des nuisances sonores provenant de l’environnement extérieur, il n’en a pas été de même à l’intérieur des immeubles. En effet, beaucoup d’entre vous se sont retrouvés cloîtrés pendant plusieurs semaines dans un appartement. À la suite de cela, certaines personnes ont développé une sensibilité accrue au bruit bien qu’elles se sentaient jusqu’alors tolérantes. Nos astuces pour une vie en collectivité radieuse !



Entre les travaux, les conférences téléphoniques et les enfants qui montent le son de la télévision, la cohabitation est parfois difficile. Les nuisances sonores ont des effets négatifs sur la qualité de vie de beaucoup d’entre vous. Comment pallier cela ? Comment vivre en harmonie en copropriété ? En diminuant les bruits, certes ! Mais aussi simplement en respectant certaines règles de savoir-vivre !


La vie en copropriété


Quand on vit en copropriété, il faut accepter le fait de partager et de vivre avec des personnes qui n’ont pas forcément le même mode de vie ni les mêmes habitudes que soi. Une famille avec enfants en bas âge, une dame âgée cherchant la tranquillité, de jeunes étudiants pleins d’énergie… en tant que voisins dans un immeuble, il faut savoir faire des concessions. Un peu de civisme s’impose alors afin d’éviter les conflits de voisinage.



La courtoisie au quotidien


Pictos courtoisie

Dans le couloir, dans le garage, sur le palier… votre voisin peut se trouver partout où vous ne l’attendez pas. Instaurez la courtoisie au quotidien, un « Bonjour », un sourire, ou simplement « Passez une bonne journée ». N’hésitez pas à engager la conversation sur tout et rien, c’est gratuit et cela vous fera passer pour un agréable voisin dès votre première rencontre.


Le fait de connaître vos voisins vous évitera d’hésiter à aller les voir le jour où ils vous occasionneront des nuisances, et vos remarques seront mieux accueillies.



Un règlement intérieur, ça se respecte !


Le règlement de copropriété constitue une véritable ligne de conduite pour tous les habitants. Il fixe également les règles de fonctionnement de la copropriété. Son non-respect peut facilement perturber la cohabitation entre copropriétaires. Chacun est donc tenu de le respecter ou, en tant que bailleur, de le faire respecter à ses locataires !



Les parties communes : ordre et propreté de rigueur

Habiter un immeuble en copropriété, c’est un peu vivre en communauté. Vos voisins, tout comme vous, ont le droit de profiter d’espaces communs propres et en bon état. Le palier, le hall et les parties communes de votre immeuble ne vous appartiennent pas. C’est pourquoi il est important d’éviter d’encombrer les parties communes avec vos effets personnels.


Concernant la propreté, il est de la responsabilité de chacun de garder les espaces communs propres et de veiller à respecter l’utilisation du local poubelle. Enfin, les propriétaires de chiens doivent d’assurer que leur animal ne cause pas de souillure, y compris dans les jardins de la résidence.



Les bruits et nuisances : un peu de savoir-vivre


Entente voisins

Le bruit est un sujet sensible pour de nombreuses personnes vivant en copropriété. En général, les mesures concernant les nuisances sonores sont précisées dans le règlement de copropriété. Les nuisances sonores ayant lieu la journée sont appelées les troubles dits « anormaux ». On classe dans cette catégorie les bruits répétitifs, intensifs ou qui durent dans le temps. Les nuisances sonores qui ont lieu la nuit, bruits audibles d’un appartement à un autre entre 22 h et 7 h, sont repris dans le « tapage nocturne ».

Des solutions simples existent pour limiter le bruit, par exemple ajouter des tapis sur le parquet ou le carrelage afin d’atténuer les bruits d’impacts, réduire le volume de la musique en soirée, et éviter de claquer les portes. Si vous avez prévu une petite fête, pensez à en informer vos voisins proches.



Les nuisances olfactives


Odeur de poubelles, de friture, ou de cuisine : les odeurs en copropriété constituent une réelle gêne qui peut se transformer en véritable trouble. Il est certain que ces nuisances sont liées à la perception et à la tolérance de chacun. Une odeur peut être simplement dérangeante pour les uns quand d’autres la considéreront comme nauséabonde. Certaines peuvent correspondre à des habitudes ou des cultures culinaires différentes.

Pour savoir ce que vous avez le droit de faire ou de ne pas faire, référez-vous au règlement de votre copropriété, et restez attentif afin de ne pas incommoder vos voisins !



L’entretien de la végétation


Taille haie

La nature peut parfois s’étaler et empiéter sur la propriété voisine. L’élagage de la végétation doit être régulier et annuel, tout comme le ramassage des feuilles. Les branches d’arbres ne doivent pas gêner les voisins ni dépasser sur l’espace public (trottoirs, rues, signalisation…).


Si votre jardin est envahi de branches en provenance du terrain d’à côté, demandez à votre voisin un élagage de tout ce qui dépasse. S’il s’agit de racines, de ronces ou de brindilles, vous pouvez les couper vous-même en vous limitant à votre propre terrain. Dans le cas d’arbres fruitiers, et si aucun élagage n’a été fait, vous avez le droit de récolter les fruits des branches qui se trouvent sur votre propriété.

Bruits de jardinage et de bricolage


Les bruits liés à l’utilisation intensive de machines à l’extérieur font l’objet, dans la plupart des communes, d’une réglementation spécifique limitant le droit d’utilisation à des heures définies le week-end ou en semaine. Il y a lieu de s’y référer.

Mais, pour éviter de supporter le bruit des tondeuses à gazon les uns après les autres pendant les horaires autorisés, pourquoi ne pas convenir d’un horaire commun pour la tonte de vos pelouses avec quelques voisins ? Plus il y aura de volontaires, moins la durée de nuisance sonore sera longue !


Pour ce qui est des travaux de bricolage à l’intérieur de votre logement, évitez de les réaliser trop tôt le matin, le week-end, ou tard le soir, une question de bon sens…



Que faire en cas de nuisance ?


La nuisance qui pose le plus de problèmes est la nuisance sonore. En effet, au Luxembourg, on ne peut pas faire ce qu’on veut à n’importe quelle heure de la nuit. Le Code pénal sanctionne les personnes responsables de tapages nocturnes à raison d’une amende allant de 25 à 250 euros, selon les cas.


Lors d’un problème, qu’il s’agisse de nuisance sonore ou d’autre chose, commencez par tenter le dialogue et discuter d’un accord à l’amiable avec l’auteur des troubles. Souvent, les gens n’ont pas conscience de la nuisance qu’ils causent. Par exemple, une famille qui vit dans l’appartement du dessus ne se rend peut-être pas compte que le bruit des enfants peut incommoder d’autres personnes. Avant toute chose, engager la discussion avec la/les personne(s) concernée(s). Faites plutôt le choix de sonner à sa porte pour dialoguer, et évitez le téléphone. À distance, il est plus facile de hausser le ton ou de raccrocher au nez de son interlocuteur. Vous pouvez faire jouer le règlement de copropriété pour appuyer votre souhait.


N’oubliez pas : comme dans tout conflit, la clé, c’est la communication ! Très souvent, un arrangement est trouvé rapidement. Si rien ne change, vous pouvez lui envoyer un courrier simple pour lui rappeler ses obligations légales. Puis un courrier suivi avec signature afin d’avoir la preuve qu’il l’a bien réceptionné. Enfin, vous pouvez faire appel à la Police, ou à votre syndic si vous êtes en copropriété.